Le chardon des champs

Avant, la vie au Grand Pressigny était tranquille.

Mais un jour, quand je n'avais rien de mieux à faire, je me suis amusé à scruter les arrêtés affichés dans l'entrée de la Mairie.

Dates d'ouverture de la pêche

Qui s'occupe d'informer les poissons des dates où ils seront en sécurité?

Permis de construire pour les travaux

Les travaux n'exigeaient pas de permis, mais on a demandé donc le conseil impose des conditions - le propriétaire aurait mieux fait de ne rien dire.

Destruction des chardons. Destruction des chardons!!!

« Tout fermier, propriétaire . . . (c'est nous) . . . sur le territoire de l'Indre et Loire . . . (c'est ici) . . . devrait détruire tous les chardons des champs (Cirsium arvense) par tous les moyens sous peine de . . . »

Sous peine de quoi? Je ne sais pas. Je ne lis pas plus loin. Je cours vers la maison.

Est-ce que les autres envahisseurs - des centaines d'orchidées abeille, des milliers de cyclamens, des dizaines de milliers de violets sauvages - est-ce tous ces envahisseurs ont laissé un refuge dans notre jardin pour ces chardons des champs persécutés?

Nous quadrillons notre terrain. Ici un Carduus tenuiflorus, plus délicat que le chardon des champs, là un Cirsium dissectum, le chardon des champs britannique - mais on n'est pas là pour s'attaquer aux immigrés. C'est bien, nous n'abritons pas cette dangereuse espèce le chardon des champs.

On sort. On voit loin contre notre mur quelques petits points pourpres.

C'est quoi?

On approche - hélas c'est un Cirsium arvense, il n'y a pas le moindre doute. Nous arrachons tous les pieds - aïe, ça pique - et nous cherchons d'autres. Nous les trouvons de l'autre coté du mur - dans notre jardin.

Nous les battons. Nous les écrasons. Nous leur arrachons les tripes!

Nous les cherchons le jour. Nous ne trouvons pas une feuille.

Nous les cherchons au crépuscule. Nous ne trouvons pas une fleur.

Nous les cherchons la nuit au lueur faible des vers luisants. Nous ne trouvons rien.

Chaque nuit nous tremblons dans nos lits à l'écoute du pas retentissant des agents de MASSACRE (Ministère d'Agriculture Sous Section Anéantissement des Chardons Reconnus Envahisseurs).

Est-ce que nous avons bien éliminé toute trace de nos chardons ou est-ce qu'il y a peut-être quelques feuilles ou des fleurs qui vont nous trahir?

Avant, la vie au Grand Pressigny était tranquille.

Il y a des surfeurs qui n'ont pas cru cette histoire, mais, c'est vrai, la loi oblige les tourangeaux de détruire cette espèce par des moyens mécaniques ou chimiques.

Pour en savoir plus, chercher "cirsium arvense" sur votre moteur de recherche préféré.

Apparemment, cette espèce européenne s'est installée au Canada, aux États Unis (où on l'appelle « chardon canadien ») en Australie (il aime bien les grands espaces). Dans tous ces pays le Cirsium arvense est très peu apprécié : des pages intitulées « Méthodes nouvelles d'éradication du Cirsium arvense » et des consignes comme « si vous en trouvez, arrachez les racines et brûlez les ».

« Le seul bon Cirsium arvense est un Cirsium arvense mort » , mais celui-ci n'est pas mort, il se repose pour l'hiver.

Le secret de la confiture de coings

Conception, texte : l'Extraterrestre
Photos : reproduites avec la permission de Dan Tenaglia Missouri Flora ( site web en anglais ),
Mise en page : T-T-Web

l'Extraterrestre Alien@FR37.net

La bande sonore est l'Étude Vent d'Hiver Op 25 No11 de Chopin. Robert Finley au Clavinova.